≠ Fauve: sauvage et magnifique..

Hier soir, les festivaliers de MYTHOS on vécu un concert de FAUVE. Parce  qu’ils ont su eux dépasser la limites des mots, je vais essayer de faire de même pour parler d’hier soir.

Quand on entre sous le chapiteau et que le grand signe de FAUVE se fixe sur notre rétine, d’un coup, on sourit : on y est enfin.

Ils sont cinq.  Jeunes, beaux, talentueux. Ils sont habillés comme des étudiants, ils ont des lunettes de hipster, ils nous ressemblent tellement. On pourrait aller à la fac avec eux.
Mais soudain, le chanteur s’empare du micro et les paroles tranchées et impeccables de « St Anne » retentissent dans la salle. Comble comme prévue. Un frisson électrique parcours le chapiteau. Le chanteur bouge sur la scène, d’une démarche saccadée, nerveuse et il danse tel un fou. Et tout le monde le suit. L’écran géant nous enivre d’images oniriques.  Le public est là, avide ou admiratif. Pendu aux lèvres du chanteur, la salle s’enflammerait-elle peu à peu ?

« Rub a Dub », « Hauts les cœurs », « Kané » bien sûr. A chaque nouveau morceau la transe gagne un peu plus les spectateurs et le groupe aussi…

Certains regardent, des étoiles plein les yeux.
On hurle son admiration et sa soif de plus à chaque nouveau morceau. Parce que les chansons de FAUVE sont des claques. Mais des claques qui nous laissent subjugués par la justesse des mots, des thèmes et de la musique.  La diction parfaite du chanteur donne ce côté âpre si particulier à leur textes d’écorchés vifs.  Ils se donnent à fond et semblent tellement surpris de l’ovation gigantesque qu’ils génèrent.

Soudain, « Nuits Fauves ». Leur tube. Notre tube. La salle se soulève d’un coup. Le toit de velours aurait pu s’envoler sous la force de toutes ces voix chantant le refrain, des cris de bonheur ! Un bonheur électrique, puissant et immédiat, voilà ce qu’est FAUVE !

Une heure, rien qu’une petite heure dans cet univers qui promet d’être un gigantesque succès. Artistes avides du partage avec le public, fans d’aujourd’hui qui entonnent leurs textes, des fans de demain qui les découvre émerveillés.

FAUVE et sa puissance dépende d’une expérience personnelle, à la Damien Saez, où chacun y trouvera l’écho de sa propre sensibilité.  Mais c’est une expérience sans précédent : le rappel sur « Nuit Fauve » est incroyable: une clameur collective de centaines d’assoiffés qui ne veulent pas voir ce moment finir.  C’est tellement  bon d’être fracassé sous la force des mots.

On en ressort pas indemne. On veut une vie qui ressemble le à un concert de FAUVE où on pourrait parler de tout avec une telle esthétique. Ils mettent des mots sur nos sentiments, sur l’indicible de la vie, les questions qu’on se pose tout le temps mais qu’ils suspendent dans l’air….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *