Indicible Calamity

Oubliez tout ce que vous savez sur les westerns, la célèbre conquête de l’Ouest. Ce spectacle, c’est avant tout une histoire d’illusions : illusion sur le mythe de Calamity Jane, illusion d’une jeune femme qui a ancré toute son existence sur ce mythe, illusion d’une femme qui se voit vieillir et qui cherche à effacer tout mythe de sa vie. Le décor est extrêmement intimiste et épuré. Dans l’habitacle d’une petite voiture rouge, pur style du road trip américain, deux femmes se rencontrent et se mettent à nu. L’une, jeune, perdue, est en quête d’un modèle de vie pour s’épanouir, l’autre voit sa vie derrière elle et pense déjà à sa fin. L’une veut être sa fille, l’autre ne sait pas être mère. L’une veut vivre dans ses rêves, l’autre veut s’en détacher. La nostalgie les envahit. Et, pourtant, elles vont toutes deux affronter leurs démons en se découvrant l’une l’autre.

La légende toujours plus facile à admettre que la réalité paraît ici source de douleur. On vit avec elles leur solitude. Peu à peu, l’une perd de sa substance et l’autre s’étoffe. C’est la réincarnation d’une femme qui a toujours vécu sa vie en dépit des normes, en marge de la société et qui a été guidée toute sa vie par son amour sans limites, amour que recherche désespérément la jeune fille de seize ans. Mais cette femme a-t-elle encore de l’amour à offrir ? Elle est usée, lessivée comme un mot trop utilisé, une légende devenue transparente tant elle est commune.

Ce spectacle grandiose incarné magistralement par deux artistes époustouflantes, deux écorchées vives emportent le spectateur dans cette interrogation sur le sens de la vie. Une réflexion sur le conflit des générations, sur le rapport à l’idole et sa réalité, sur le rapport entre réalité et fiction. Non, ce n’est pas un spectacle de 3 trois longues heures soporifiques mais 45 minutes de réalité à croquer. Une réalité mordante qui vous questionne sur le rapport aux héros et à la réalité. Est-ce la réalité qui crée le mythe ou l’inverse ?

On sort de ce spectacle subjugué de sa justesse et de l’authenticité de ses mots. Et ce d’autant plus que le lien entre acteur et spectateur est presque physique. La scène se déroule devant nos yeux. Pas nos yeux de spectateur distant mais ceux d’hommes et de femmes qui sont les témoins de la modernisation de Calamity Jane. Tellement actuel dans un monde où les idoles sont vénérées.
Un spectacle bouleversant.

ca95010e88fc0fdbca07d874cf206f90%%%%%%%%%