Quand les pelouses s’envolent

Le début du festival se rapproche et le Thabor se prépare déjà à sentir les vibrations qui viendront le mettre en mouvement.
Si vous vous baladez au cœur du parc dans ces premiers jours de printemps, vous pourrez remarquer que les pelouses commencent elles aussi à s’animer : comme pour inviter le promeneur à s’envoler vers des contes d’Orient, des parcelles d’herbe placées sur des tiges en ferraille, pareilles au tapis volant d’Aladdin, semblent onduler au gré de la bise de mars. À croire que de gigantesques ciseaux sont passés par là !

Un premier plaisir d’abord visuel pour nous transporter en douceur dans les festivités à venir, vers un séduisant voyage musical et culinaire.

Curieux de découvrir l’auteur de ces pelouses volantes ?

Invitée par 40mcube à réaliser une œuvre pour l’espace public, Laurence de Leersnyder donne au Thabor cette installation atypique, Perspective de fuite à l’anglaise. Elle est installée sur la pelouse faisant face à la verrière du Parc et sera maintenue de mars à septembre 2017.

Laurence de Leersnyder est une artiste dont le travail tourne autour de moulages organiques pour évoquer les thèmes du vivant et du naturel.
L’exposition invite à découvrir une série de sept sculptures (de 2m sur 1m50) réalisées en aluminium ondulé, recouvertes de pelouse… synthétique !

C’est là que le rêve oriental s’arrête, on pourrait pourtant jurer que la pelouse est découpée à même celle du Thabor.

Mais qu’importe, cela donne au Parc une légèreté propice à nous faire entrer dans le festival l’esprit virevoltant.

Étiqueté , , , ,